05/08/2008

Attentat contre des policiers au Xinjiang en Chine, 16 morts .

La drapeau tibétain.
Consulter l'article

 

PEKIN 2008 ?Honte pour l' U.E.

<><>
 
Utilisez ce lien si vous voulez ajouter un signet ou un lien direct vers cet article... 
 medium_affiche_tibet

 Attentat contre des policiers au Xinjiang en Chine, 16 morts .
 
 
http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20080804/twl-chine-violences-attentat-41953f5.html
 
 Par Emma Graham-Harrison Reuters - il y a 2 heures 2 minutes

KASHGAR, Chine (Reuters) - A quatre jours de l'ouverture des Jeux olympiques de Pékin, 16 policiers ont été tués dans ce qui est présenté par Pékin comme un "attentat terroriste présumé" contre un poste de police à Kashgar, ville majoritairement musulmane de la province du Xinjiang.
(Publicité)

Le Xinjiang, à 4.000 km de Pékin sur l'ancienne Route de la Soie, abrite une importante communauté musulmane ouïgoure, minorité présentée par les autorités chinoises comme une des principales menaces potentielles sur la sécurité des JO.

Les Ouïgours contestent les restrictions religieuses imposées par Pékin et l'implantation massive des Han chinois dans la région. Certains activistes souhaitent obtenir l'établissement d'un "Turkestan oriental" indépendant.

Selon l'agence de presse officielle Chine nouvelle, deux assaillants, surgis d'un camion, ont jeté des bombes artisanales sur un groupe de policiers qui effectuaient leur jogging du matin.

"L'un des assaillants conduisait un camion-benne avec l'intention de percuter une équipe de plus de 70 policiers qui faisaient un jogging près de l'hôtel Yiquan lors d'exercices matinaux à environ 8h00 du matin (0h00 GMT)", rapporte Chine nouvelle.

"L'autre suspect a lancé un explosif en direction de la porte du poste de police. Le conducteur a ensuite abandonné le camion pour lancer des explosifs en direction des policiers" après avoir heurté un panneau de signalisation, ajoute l'agence.

Seize policiers ont été tués et seize autres blessés. La police a interpellé sur les lieux les deux assaillants, qu'elle a présentés comme deux hommes ouïgours âgés de 23 et 28 ans.

La police a dit suspecter un "attentat terroriste" commis avec des engins explosifs artisanaux.

La rue a depuis été nettoyée et une bâche a été déployée sur la façade de l'hôtel pour masquer la seule marque laissée par le carnage de la matinée.

Des membres des services de sécurité portant tenue de camouflage et brassard rouge ont dispersé la foule des curieux venus observer le lieu de l'attentat et un correspondant de Reuters a vu des policiers, à quelques mètres de distance, battre un homme avec des matraques.

INCIDENT LE PLUS GRAVE DEPUIS DES ANNÉES, SELON HRW

"C'est triste que les policiers qui ont été tués soient si jeunes mais ce n'est pas bien qu'ils ne nous laissent pas regarder", a déclaré un habitant, appartenant à l'ethnie Han, qui s'est présenté sous son seul nom de famille, Zhang.

"Mais je ne pense pas que ce soit un attentat terroriste, donc je n'ai pas peur", a ajouté cet habitant qui a été chassé des lieux par des membres des forces de l'ordre menaçants.

Les forces de sécurité ont également poursuivi deux journalistes de Reuters, en brandissant des matraques, et jeté un appareil photo au visage d'un passant qui tentait de prendre des clichés.

Le reste de la ville était calme sans augmentation visible des effectifs des forces de sécurité dans les rues. Selon les habitants, les médias locaux n'ont pas dit un mot de l'attentat mais la nouvelle s'est vite répandue par le bouche à oreille.

L'agence Chine nouvelle avait dans un premier temps déclaré que les deux suspects avaient également attaqué au couteau les policiers mais elle n'en a plus fait mention par la suite.

Le conducteur du camion a été conduit à l'hôpital après avoir été blessé au bras en tentant de faire exploser une bombe. Les chirurgiens ont été contraints de l'amputer, rapporte Chine nouvelle.

La police a retrouvé dix engins explosifs artisanaux, une arme de poing et quatre couteaux dans le véhicule.

Selon Chine nouvelle, elle avait obtenu des informations selon lesquelles des séparatistes du Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM) préparaient des attentats entre le 1er et le 8 août, juste avant l'ouverture des Jeux.

Pour Nicholas Bequelin, de Human Rights Watch, il s'agit de l'incident le plus grave dans la région depuis des années.

"Avant les Jeux olympiques, c'est un attentat très symbolique parce que la sécurité est en tous temps élevée au Xinjiang", a-t-il noté.

Le comité organisateur des Jeux s'est néanmoins dit convaincu que la sécurité des athlètes et des spectateurs serait assurée. "Nous préparons les Jeux olympiques depuis sept ans. Nous avons bon espoir de pouvoir accueillir des Jeux paisibles", a déclaré Sun Weide, porte-parole du comité.

Quelque 100.000 policiers et militaires ont été mobilisés à l'approche de la cérémonie d'ouverture, vendredi soir, et les mesures de sécurité sont d'ores et déjà renforcées sur la place Tiananmen, théâtre en 1989 de manifestations pour la démocratie écrasées dans le sang.

Avec Chris Buckley et Ian Ransom, version française Grégory Blachier, Nicole Dupont et Gwénaëlle Barzic

   
les commentaires sur les messages ?

vos avis ,
vos réactions
: adresse Émail :

acatoreflexion@yahoo.fr

Toutes les réactions sont publiées ,
à l'exception des mails vulgaires, injurieux ou anonymes  .
Un catholique mal informé ,
est un Catholique en danger !

MERCI DE VISITER /
http://acatoreflexion.skynetblogs. be/

à l'exception des mails vulgaires ou injurieux .

 AUTRUCHE
Ne réfléchissez pas !
Citoyens !LIBERTE5[1]


 

 

 

 

 

 

enf_tibetain2

Article 3  
 Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Déclaration universelle des droits de l'homme.
NON!NON!NON! NON!
à PEKIN 2008 ?
beijing2008_header_01_08

Les commentaires sont fermés.