30/11/2012

La vie de SAINT NICOLAS : corrigé !

enfants,religion,christianisme,theologie,philosophie,saint-nicolas,fete,étudiant,générosité avant,cadeaux,jouet,coutume,folklore,tradition,richesse culturelle,amour des enfants,vatican ii catholique,catholicisme




Gentile de Fabriano Vierge et Enfant avec Saint Nicolas et Sainte Catherine


Archevêque de Myre

(+ 324)


Nicolas de Myre ou Nicolas de Bari (communément connu sous le nom de « Saint Nicolas ») né à Patara, en Lycie, en 270, mort en 345, est un évêque catholique de l'empire d'Orient renommé pour sa Charité et sa Foi combative.

Donc Saint Nicolas n'était pas Turc !

Puisque la TURQUIE n'existait pas à cette époque !


C'est le saint le plus connu en Grèce et dans l'église.



Saint Nicolas de Patare, en Lycie, fut le fruit des prières de ses pieux parents. Il eut l'esprit ouvert aux choses divines dès sa plus petite enfance; à peine sut-il manger, qu'il sut jeûner. Il avait un oncle évêque, qui, voyant avec admiration les vertus de Nicolas, l'ordonna prêtre dès qu'il eut l'âge requis et fit de lui cette prédiction: "Il sera la consolation des affligés, le sauveur des âmes en péril, le bon pasteur qui rassemble ses brebis égarées au bercail de Jésus-Christ."

Saint -Nicolas a réalisé de nombreux miracles .

enfants,religion,christianisme,theologie,philosophie,saint-nicolas,fete,étudiant,générosité avant,cadeaux,jouet,coutume,folklore,tradition,richesse culturelle,amour des enfants,vatican ii catholique,catholicisme



Une de ses premières œuvres fut de sauver l'honneur de trois filles exposées à la perte de leur vertu; il les dota toutes, l'une après l'autre, et il le fit si discrètement, que c'est à la fin seulement que le père, touché d'admiration, surprit la main du bienfaiteur.


Après un pèlerinage aux Lieux saints, Nicolas se retira à Myre, espérant échapper aux honneurs qu'il voulait éviter avec tant de soin, et à la mort de l'évêque de Myre, qui arriva peu de temps après, il fut élu pour lui succéder. Dès lors il s'appliqua à devenir le modèle de son troupeau. Il ne mangea plus qu'une fois le jour, et jamais de viande; il faisait toujours lire à sa table quelque livre de la Sainte Écriture; ses nuits se passaient en oraison, et la terre dure était sa couche pour le peu de repos qu'il prenait. Levé avant le jour, il réveillait ses clercs pour chanter des hymnes et des psaumes; aussitôt le soleil paru, il allait à l'église et employait le reste du jour à ses diverses fonctions pastorales.



Nicolas, sous la persécution de Dioclétien, fut jeté dans un cachot et mis à la torture; mais on n'osa pas le faire mourir, par peur de la vengeance de son peuple.



Peu de Saints ont opéré de plus nombreux et de plus éclatants miracles. Tantôt il apparaît à Constantin pendant la nuit, pour lui ordonner de mettre en liberté trois innocents qui doivent être exécutés le lendemain; tantôt il se montre, en pleine tempête, à des matelots en danger qui l'ont appelé à leur secours

.Un officier et deux de ses compagnons furent emprisonnés et condamnés à mort. Ils prièrent pour que Nicolas leur vienne en aide.

L’empereur et son intendant firent le même rêve : Nicolas les réprimandait et leur demandait de gracier les officiers innocents. A leur réveil, l’empereur et son intendant libérèrent les officiers.

Le miracle suivant est le plus célèbre en Lorraine. Le chevalier Cunon de Rechicourt fut emprisonné en 1230 par les Infidèles lors de la sixième croisade. Il fut enfermé dans un cachot et attaché par sept chaînes scellées dans  la muraille .

Dix ans passèrent, et le chevalier priait tous les jours St  Nicolas. Le matin du 5 décembre 1240, son gardien de prison lui annonça que sa fin était proche et lui conseilla en se moquant de prier ce saint dont la fête était pour le lendemain.

Après avoir prié, le prisonnier s'endormit. Quand il se réveilla toujours couvert de ses chaînes, il se trouvait en Lorraine sur la place de l'église Saint-Nicolas de Port . De nos jours, on peut encore voir ses chaînes dans cette église !

  Il est surtout légendaire entre mille, le miracle de la résurrection de trois enfants tués par un boucher et hachés menu, pour être mêlés à la viande de son commerce.

enfants,religion,christianisme,theologie,philosophie,saint-nicolas,fete,étudiant,générosité avant,cadeaux,jouet,coutume,folklore,tradition,richesse culturelle,amour des enfants,vatican ii catholique,catholicisme

On l'honore comme le patron des écoliers.

enfants,religion,christianisme,theologie,philosophie,saint-nicolas,fete,étudiant,générosité avant,cadeaux,jouet,coutume,folklore,tradition,richesse culturelle,amour des enfants,vatican ii catholique,catholicisme

 

Mais également des étudiants et des marins.

 

enfants,religion,christianisme,theologie,philosophie,saint-nicolas,fete,étudiant,générosité avant,cadeaux,jouet,coutume,folklore,tradition,richesse culturelle,amour des enfants,vatican ii catholique,catholicisme

Sources : recherches personnelles et
Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

enfants,religion,christianisme,theologie,philosophie,saint-nicolas,fete,étudiant,générosité avant,cadeaux,jouet,coutume,folklore,tradition,richesse culturelle,amour des enfants,vatican ii catholique,catholicisme

 

Les commentaires sont fermés.